Mexique - À la rencontre des Yucatecos

Nous continuons notre chemin au Mexique, dans la péninsule du Yucatan. Invités, accueillis, hébergés, aidés, nourris par ce peuple à la solidarité hors du commun, nous pédalons dans des paysages plats et une chaleur étouffante à la découverte de la culture Maya, bien plus vivante que nous avions imaginé!

 

Le Mexique nous accueille sous un déluge de pluies, mais sans notre vélo qui est resté dans l’ascenseur de l’aéroport de La Habana ! Il fait frais comparé à Cuba : 20 degrés. Les rues sont tellement inondées qu’on dirait des fleuves et une épaisse couche de nuages ne laisse passer aucun rayon de soleil.

 

 

Rodada

Lorsqu’on parvient enfin à récupérer et monter notre vélo, 3 jours plus tard, un homme nous offre spontanément 20 dollars, après quelques minutes de discussion. « J’aimerais vous offrir votre premier repas au Mexique ! » La générosité des Mexicains vient de frapper à notre porte…et ce n’est que le début !

 

Grâce à cette fortune inattendue, nous fonçons dans le meilleur resto végétarien de la ville : le Dharma Café. Voyant le vélo, Carlos le propriétaire, nous invite le soir même pour une « rodada » nocturne de 30km avec Bici Cancún dans les rues de la ville ! On roule pour la première fois dans un peloton de vélo, on passe par la « Zone hotelera », sorte de Miami Mexicain ! Un peu choquant après la vie paisible de Cuba ! Quelques jours plus tard, on repart en « rodada » sur la Playa blanca, au nord de Cancún avec 3 convives ! On y découvre une vue magnifique que ni la férocité des moustiques mexicains ni les pêcheurs dépeçant un petit requin ne parviennent à gâcher !

 

Martin, la tortue et le massage maya

Non, il ne s’agit pas d’une histoire pour enfant, mais d’une belle rencontre ! Malgré les kilomètres d’autoroute avec pour seule distraction des serpents écrasés et des entrées démesurées de complexes hôteliers réservés à un tourisme de masse, l’envie de reprendre le vélo nous chatouille les mollets. Arrivés à Tulum, nous squattons quelques jours le minuscule salon de Carolina et Kenny, le temps de découvrir la plage magnifique et les cenote environnants, en plongée pour Alexi et en snorkelling pour Anysia.


Puis, cap sur la réserve de Sian Ka’an. Une étroite péninsule bordée par la mer des Caraïbes d’un côté et de l’autre une lagune aux teintes bleutées, pleine de crocodiles ! Au détour d’un virage, Martin nous invite sur sa plage « Venez voir ! Il y a une tortue de mer qui cherche un endroit pour pondre ses œufs ! » Ni une ni deux, nous sautons dans l’eau pour observer cet animal merveilleux, constatant avec une tristesse certaine que sa tête a été gravement blessée par une barque ou un tronc flottant. Ses jours sont en danger mais nous ne pouvons rien pour elle.

 

Heureusement, Martin nous fait oublier tout cela avec de longues discussions sur la vie et surtout un massage « Maya » dont les secrets lui ont été enseignés par les descendants de cette civilisation ! Un moment de détente durant lequel Martin nous a marché dessus et fait craquer tous nos os !



Holbox et mexico city

L’envie de combiner un séjour à la plage avec un entraînement d’Acroyoga nous mène au nord de la péninsule sur la charmante île, d’Holbox. On nous a également conté que des requins-baleines peuvent y être vus ! Quelle déception d’y découvrir un vaste système de harcèlement de ces pauvres animaux par des dizaines de bateaux quotidiens amenant des touristes sans compassion voire ces êtres fantastiques. Cela ne nous a pas empêchés de faire plein d’acro et de filmer notre première vidéo sur la plage, avant de partir pour une escapade de quelques jours dans la ciudad de Mexico avec le papa d’Alexi. Un vrai bonheur de passer des moments en famille.


Adios Yucatan

Après une semaine à aider notre ami Carlos et sa famille à développer leur communication sur internet, on part ENFIN de la péninsule du Yucatan, à l’aventure dans ce vaste pays. Nous compensons la monotonie d’une route plate et bordée de forêt sur plusieurs centaines de kilomètres par des discussions sans fin sur l’être humain, la vie saine, nos projets et une tonne de blagues sinon on s’ennuie ! En chemin, on a la chance de rencontrer plein de gens plus adorables les uns que les autres. En suivant les conseils d’Adi, une vendeuse du marché de Tzucacab. Nous changeons notre itinéraire pour visiter des sites archéologiques peu fréquentés!




Comment on dit en maya???

Il est 21h, la nuit est tombée, Alexi tente de trouver le « padre » de l’église tandis que je m’endors recroquevillée dans mes bras sur la place du village….

Quelques heures auparavant, nous arrivions à Belonchen de Rejon, une petite bourgade au centre de la péninsule. Les Policiers nous confirment que nous pourrons dormir près de leur poste au centre du village. Mais avant tout : la douche, alliée indispensable dans le climat ultra-chaud et humide de la saison des pluies pour ne pas être fui par les Mexicains. C’est dans les toilettes du terrain de basquet à l’hygiène plus que douteuse que nous trouvons notre sauveuse !

Tout en mangeant devant le poste de Police, nous nous rendons compte que le lieu est vraiment très éclairé et bruyant…ce qui promet une nuit peu reposante. C’est ainsi qu’Alexi part à la recherche du « padre » pour demander l’asile sur la pelouse de la grande et belle église du village.

Mais la famille Kantún, nous ayant observé de loin, nous invite sous son toit: la maman, Yolanda, le Papa, Fidel et les trois filles trentenaires Araceli, Suemy et Helmi. Tous vivent ensemble, pas de chambre, peu de meubles et décorations, une grande cuisine, un terrain fertile et des poules. La nuit, ils accrochent simplement leurs hamacs: un gain de place incroyable. Nous découvrons la langue Maya qu’ils utilisent entre eux et tentons d’apprendre quelques mots.


Le lendemain, nous décidons de rester et visitons avec eux le site archéologique de Kabah. Rapidement, la discussion se tourne vers l’alimentation. Conscients que leur alimentation est mauvaise, ils ne savent pas comment en changer. On se retrouve donc à cuisiner avec toute la famille pour leur apprendre quelques recettes et leur prouver qu’un repas 100% végétarien peut-être délicieux et nourrissant. Au menu : ratatouille, dhal de lentilles, guacamole et salade. Quant à eux, ils nous cuisinent des feuilles délicieuses nommées « Chaya », comparable aux épinards et qui poussent sur un arbuste.

 

Dans la soirée, nous sommes invités à rencontrer la grand-mère, qui ne parle que le Maya. Une petite dame qui nous a transmis plein de belle énergie à travers ses sourires. Sa fille nous raconte les légendes du village contées depuis des générations : le Cenote enchanté, les sorcières qui se baladent dans les champs, les animaux fantastiques habitant la forêt !


Fidel, le papa, nous invite dans le site archéologique de Xtampak dont il est responsable. Une septantaine de kilomètres séparent la maison du site, accompagnés de nombreux oiseaux et papillons, nous arrivons au soleil couchant. Une belle soirée autour du feu lors de laquelle Elio, un paysan voisin, nous raconte les aventures de son arrière-grand-père fervent défenseur du peuple Maya qui s’est battu au côté du dernier roi, il y a 170 ans. Les histoires d’animaux mangeurs d’hommes, de serpents aux morsures létales et autres mygales se promenant autour de notre tente ne nous empêchent pas de passer une douce nuit ! Le lendemain, nous découvrons des ruines cachées dans la forêt et dénuées de touriste, le bonheur !  


15'000 kilomètres à vélo....ça use les pneus

Après quelques coups de pédale en plus, on passe les 15'000 km qu’on fête en mangeant une énorme plaque de 200g de chocolat Ovomaltine toute fondue !!! Un vrai délice !!! Merci Christian J Puis, on arrive finalement à Palenque, au pied des montagnes du Chiapas avec deux rayons cassés ! Après une réparation de fortune en coupant des rayons trop longs à la pince, nous entamerons l’ascension demain !

Anecdotes glauques

Et dans le registre des animaux morts : nous avons vu plus de serpents écrasés sur les routes en une journée que durant toutes nos années de vie : 123 au total ! Sans mentionner les deux anacondas géants tués par des villageois, croisés d’autres jours ! C’est sûr, on n’oubliera pas de fermer la tente en s’endormant !

Le Mexique nous amène son lot de réflexions : un pays où 70 % de la population est obèse et consomme des OGM, de la viande bourrée d’antibiotiques et d’hormones, des légumes gorgés de pesticides, ça pousse encore plus loin nos questionnements. Mais quand deux rayons de la roue arrière se cassent et qu’on est pris en stop par l’un des chefs de plantations d’huile de palme transgénique on est quand même contents qu’il soit super sympa. En bonus : la visite de la plantation lors de laquelle il essaye de nous expliquer que c’est très écologique parce qu’ils trient les déchets !

Anecdotes rigolotes

  • En voyant le déluge lors de nos premiers jours au Mexique, nous pensions qu’il s’agissait là de la météo normale pour la saison des pluies dans ce pays. Tout le monde nous disait : si c’est tout à fait normal ce climat pour la saison actuelle. On se préparait donc à pédaler, vêtus de nos habits goretex tout le temps. Jusqu’à ce que quelqu’un nous explique enfin « C’est normal, mais cela ne va pas durer, on est en train de vivre un cyclone là… » « Aaaaah c’est ça un cycloooooone ?!!! »
  • À Tulum, il y a un voyageur à vélo qui est resté coincé par la douceur de vivre du lieu. Il s’agit d’un Polonais super sympa que nous avons rencontré par hasard. Ce dernier passe une partie de sa semaine dans la jungle et l’autre à vendre des tours aux touristes. Enfin…sauf qu’il nous a avoué qu’au lieu de vendre des tours, il convainc les gens de faire les excursions par eux-mêmes ! Best tour guide ever J 
  • Lors de notre court passage dans la capitale du Mexique, nous avons eu la chance de séjourner dans un hôtel 5 étoiles, offert par le papa d’Alexi. Complètement en décalage avec ce genre standing, les regards étonnés des clients n’ont pas manqué !
  • Lors de notre passage dans la famille Kantùn, Alexi a voulu tester le dodo dans un hamac. Après quelques heures, il se réveille, se tord dans tous les sens, change 20 fois de positions, ne se rendort pas, puis finalement abdique et se couche sur son matelas gonflable !
  • Saviez-vous qu’une partie du peuple mexicain est blond aux yeux bleus, parle le Plaudietsch, vit sans internet dans des villes 100 % autonomes ? Il s’agit des mennonites, une branche de l’Église protestante anabaptiste !  

Photos



Notre itinéraire

Photos

Pour encore plus de photos rendez-vous dans la galerie :)


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    uFurnarotu (jeudi, 24 août 2017 13:03)

    Bueno. Vous me faites rêver et ravivez mes souvenirs. Jolies anecdotes. Superbes photos.
    Alexi insiste avec le hamac: Une fois qu’on a trouvé le truc on y dort super bien.
    Et maintenant bonne continuation sur les routes sinueuses du merveilleux Chiapas à la rencontre des indiens Tzotziles
    Faites moi encore rêver… vivement le prochain article.
    Besos

  • #2

    blanc raymond (samedi, 26 août 2017 14:28)

    bonjour les jeunes. merci pour ces belles images et ce très beau reportage.bientôt 2 ans que nous nous sommes rencontrés a virignin 01 déjà 15000 kms bravo et toujours le sourire, bonne continuation et vivement le prochain reportage. bizzzzzzzzzzz a vous soyez prudents. a plus

  • #3

    Marion et Hippolyte (mercredi, 27 septembre 2017 16:20)

    C'est toujours un grand plaisir de suivre vos aventures! Vous nous faites rêver! Le Mexique à l'air super! Continuez à vous éclater!! On vous embrasse, Hippolyte et Marion de Guardalavaca